Le jardin botanique du Mazet-saint-Voy

Qui d’autre que la passionnée de plantes que je suis n’aurait pu mieux vous parler de ce jardin botanique, objet d’une de nos sorties de ce mois de juillet 2015 particulièrement caniculaire ? En effet, malgré l’altitude, il faisait 39° au Mazet-saint-Voy !
Il s’agit d’un jardin montagnard situé à 950 mètres d’altitude dans le Massif Central. Créé en 1988, il regroupe en un même lieu la plupart des plantes de montagne de la région.
On y découvre la flore montagneuse sauvage, des plantes médicinales et des espèces très rares comme le séneçon à feuilles blanches, plante qui ne s’observe que dans le   Mérenc, ici à droite. Il appartient à une espèce menacée.
S’y trouvent beaucoup de vivaces* (ancolie, géranium sauvage, mauve musquée, violette, valériane…), des annuelles* et bisannuelles*, des arbustes et arbres qui supportent donc bien le froid des hivers de la Haute-Loire et qu’identifie un écriteau à côté de chaque espèce.
On y rencontre plusieurs milieux montagnards : zone humide, coteau, prairie, étang.
Près de  500 espèces différentes sont présentes. C’est une promenade très agréable à la belle saison.
J’y ai vu une flore variée et spontanée comme l’onagre, la pervenche, la reine des prés, l’épilobe et l’ortie mais certaines espècesd’origine alpine ont été « importées » ici comme le rhododendron ferrugineux ou la gentiane de Koch de couleur bleue à gauche  tandis que nous connaissons la grande gentiane, celle (grande fleur à votre droite) dont la Verveine du Velay tire son célèbre apéritif amer.
Ce jardin présente des  curiosités pédagogiques :
une parcelle ethnobotanique au centre de laquelle trône  une sorcière groupe des plantes dangereuses : petite et grande ciguë, digitale, aconit tue-loup, morelle douce amère…
– la conservation d’espèces rares ou menacées : ail de la victoire, lis martagon, uvulaire, lycopode des Alpes…
Ce jardin est complété par un sentier botanique et patrimonial qui présente les plantes in situ* et donne des indications sur certains points caractéristiques du petit patrimoine rural.

* in situ : C’est une locution latine  qui signifie sur place;  elle est utilisée en général pour désigner une opération ou un phénomène observé sur place. Nous avons observe les plantes de montagnes sur l’endroit même.

* vivace (ou plante pérenne) : plante pouvant vivre plusieurs années. Elle subsiste l’hiver sous forme d’organes spécialisés souterrains protégés du froid et chargés en réserve (racines, bulbes, rhizomes). Toutes les plantes ligneuses  (arbres, arbustes, arbrisseaux) sont vivaces. Les vivaces s’opposent aux annuelles et bisannuelles Pourquoi ?
Car les plantes n’ont pas toutes la même durée de vie, certaines sont pérennes, d’autres réalisent leur cycle de vie en quelques mois, voire quelques semaines. Qu’est-ce qui caractérise chacune ?
Les plantes annuelles :
Une plante annuelle est une plante qui réalise son cycle végétatif – de la germination à la mort – en moins d’un an. Les annuelles passent la mauvaise saison exclusivement sous forme de graines.
Quelques annuelles : séneçon commun, pâturin annuel, épilobe à petites fleurs, coquelicot, capselle bourse-à-pasteur, mouron des oiseaux, chénopode blanc…
Les plantes bisannuelles :
Une bisannuelle réalise la première partie de son cycle végétatif lors de sa première année, survit à la mauvaise saison grâce à des bourgeons situés au ras du sol  , puis termine son cycle la deuxième année.
Quelques bisannuelles : carotte sauvage, panais sauvage, onagre bisannuelle, digitale pourpre…
Les plantes vivaces:
Les plantes vivant plus de deux ans sont nommées pluriannuelles ou vivaces.  Elles se reproduisent par graines ou bien par multiplication végétative. L’organe de survie lors de la mauvaise saison peut être un bulbe, des racines contenant des réserves, des tubercules, des rhizomes, une souche…
Quelques vivaces : pissenlit, chardon des champs, prêle des champs, chiendent rampant, pâquerette, liserons, plantains…

Merci à Fabrice Garnier qui a mis à notre disposition une jolie vidéo sur le web : accompagnées d’une musique reposante, des chants d’oiseaux, du bruit des insectes, les images  horticoles illustrent cette visite champêtre et pédagogique.

https://www.youtube.com/watch?v=KGf88HEFLLk

Juillet 2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *