La neige de janvier au Puy.


La neige de janvier au Puy
La neige, depuis la fenêtre du gem où je la regardais tomber, descendait du ciel à gros flocons chutait à une allure rapide. Devant mon regard surpris après tant d’hivers peu neigeux, c’était  un épais rideau continu, une chute implacable mais relativement lente de flocons probablement assez légers, une précipitation sempiternelle et vigoureuse, une chute intense de poudre d’une blancheur immaculée.. Et ça durait, ça durait…

Ici, les flocons semblaient de la grosseur d’un grain de haricot, là d’un pois, ailleurs presque d’une bille. Sur les murets de la cour,  la neige pleuvait horizontalement tandis qu’elle s’accumulait rapidement sur les surfaces planes des obstacles qu’elle rencontrait. Sur l’aire entière de la table laissée dehors, s’étendait un petit toit de neige que mon regard surplombait.
Je suis sorti à ce moment là, muni d’une règle graduée pour mesurer son épaisseur.
Elle affichait trente centimètres ! Et je ne suis pas de Marseille !

Le silence régnait dans cette ouate. Même les poules du gem s’étaient réfugiées dans leur abri, désemparées par ce soudain ensevelissement…

Dans l'enfer de l'avenue Foch

Chacune des formes du relief alentour prenait une allure particulière. Le tout vivait avec intensité dans cette luminosité ouatée, comme une horlogerie dont le ressort résidait dans la pesanteur d’une masse donnée de vapeur en précipitation.
Lorsque cette féerie s’est détendue, la couche de blancheur s’est mise à fondre et disparaître dans la terre, toute cette machinerie héritée des hasards de la météo s’est arrêtée.
Alors, j’ai éprouvé le besoin irrépressible de connaître le temps à venir et de concrétiser ce besoin, pas l’envie, sur le site du gem galaxie.

                                                          Le Puy-en-Velay paralysé

                            Dans l’enfer de l’avenue Foch
Les transports scolaires annulés vendredi, les poids-lourds interdits de circuler

Il a neigé ! On se serait cru au Canada ! On était seulement et modestement en Haute-Loire, mais sous la neige, et ça changeait tout !

René

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *